Google+ Followers

mercredi 27 mars 2013

Encore et toujours les sucres non sucrés!

La question agite les esprits en France. Malgré la doxa officielle (nous sommes les meilleurs, nous mangeons mieux que les autres...) la réalité visible sur la plage et dans les tailles de vêtements s'impose. L'obésité est là.
Et les questions fusent, malbouffe, sodas, MacDo, surgelés...
Bref la confusion règne et elle est soigneusement organisée par les acteurs du système presse, publicitaires, professionnels etc.

Deux points importants:

1 la question des sucres et parmi eux les plus trompeurs les sucres non sucrés.
De quoi s'agit il? Essentiellement des céréales. Et aussi des "féculents" une merveille de langage médiatique. Comment un terme aussi imprécis inapproprié a pu se hisser en haut des pyramides de la nutrition conventionnelle?

"Le terme « féculent », attesté depuis le xvie siècle, dérive du latin faeculentus (plein de lie, de vase, de boue)1 qui dérive lui-même de faex, faecis, dépôt, sédiment, fèces2. Son sens initial désignait un liquide épais, chargé d'impuretés."

Il faut pour y voir plus clair le remplacer par l'aliment en question...
A la place parlons d'amidon de blé de racines ou de tubercules tous aliments très riches voire exclusivement constitué de sucres non sucrés. 

Deuxième source de sucres les produits laitiers ent en premier les produits laitiers non fermentés...Réduire les sucres non sucrés et ne conserver comme source de sucres que les fruits frais conduit à faire baisser la sécrétion d'insuline... Moins d'insuline moins de stockage moins de charge adipeuse. Mais aussi cela signifie moins de graisse centrale cette obésité intra-abdominale qui tue silencieusement.

2 la question de l'inflammation chronique.
Beaucoup de maladies non transmissibles sont déclenchées et/ou amplifiées par l'inflammation.
 Cette inflammation de basse intensité chronique et silencieuse est le talon d'Achille de nos défenses immunitaires, indispensable à notre survie dans un environnement sauvage elle devient délétère dans nos environnements urbains où la menace infectieuse a disparu.

Comment diminuer l'inflammation chronique?
Ne pas fumer, diminuer la masse grasse (cf supra), faire cuire à basse température ne pas frire, griller ou bruler... Mais aussi inverser son rapport oméga 6/oméga 3 par la supression des huiles végétales oméga 6 ( tournesol, carthame, soja etc) et augmenter les omega 3 surtout de longue chaîne (poissons gras et huile de Krill ou oeufs de poisson), enfin manger des vitamines et des phytonutriments essentiellement contenus dans les feuilles...

Aucun commentaire: