Google+ Followers

samedi 10 mars 2012

La faillite de la "micronutrition"

Les foodologues de tous poils entendez ceux et celles qui ont un truc à vendre pour maigrir ont été inventifs en terme de "concepts".
En réalité parmi ces concepts la "micronutrition" a fait flores et accessoirement la fortune de quelques uns.
Mais cette théorie est elle autre chose que du marketing?
1/ Aucun travail scientifique ne vient étayer une différence entre une macronutrition à l'organisme et une micronutrition de micronutriments prétenduement destinée aux cellules. Tous les nutriments qui sont absorbés atteignent les cellules...
2/ Peu de travaux cliniques ont été entrepris à propos de la consommation de suppléments nutritionnels. Aucune étude clinique en double aveugle n'a permis d'apporter une preuve quelconque de l'efficacité de l'argent dépensé dans ces onéreux suppléments.
3/ Mais il y a plus grave. "De fortes doses d’antioxydants peuvent être délétères chez les sujets à haut risque ou ayant un cancer infra-clinique." Serge Hercberg.
Et de ce point de vue la "micronutrition" n'échappe pas à la loi physiologique selon laquelle ce qui n'est pas efficace n'est pas neutre: c'est clairement délétère. Il faut savoir que plusieurs études sérieuses prouvent que la prise de vitamines ou d'antioxydants peut entrainer un SURRISQUE. C'est à dire que dans le groupe des personnes qui prennent le placebo il y a MOINS de cancers que dans le groupe qui prend les suppléments nutritionnels.
La conclusion de cette aventure marketing est double:
1/ Plus vous achetez des suppléments nutritionnels moins vous mangez d'aliments entiers peu transformés. C'est un effet d'éviction économique et psychologique. Oui quand vous dépensez 200 euro par mois de suppléments vous hésitez à acheter une queue de lotte ou bien une bavette de viande d'Aubrac... Et sur le plan psychologique vous laissez pénétrer l'idée que parce que vous ingérez des pilules vous pouvez manger de la junkfood.
2/ Il est beaucoup plus utile de consacrer son argent à acheter des aliments non transformés et de les préparer en évitant de les détruire avant de les déguster...

Références
1/ SUVIMAX
http://www.ysonut.es/pdf/Ysodoc/D0103.pdf
2/ http://dysnutrition.blogspot.com/2012/03/les-recettes-du-paleo.html
3/ http://jn.nutrition.org/content/132/7/2117S.full
4/ http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3656646/

Aucun commentaire: